jeudi 5 décembre 2013

Démystifier le Web et le graphisme : les présuppositions.


Voilà plus de 10 ans que ProWeb réalise des mandats pour une clientèle diversifiée allant du néophyte à l’expert technologique. Voici donc une sélection de questions fréquentes ou de suppositions relatives à notre domaine.

1 : Une image vaut mille lignes de code : Puisque j’ai vu une image de mon site Web, celui-ci sera bientôt terminé.
À cette étape, le rôle du graphiste est terminé mais celui de l’intégrateur et du programmeur commence à peine. L’intégrateur doit découper l’image que vous avez vu pour l’intégrer dans un langage que les navigateurs (Internet Explorer, Chrome, Firefox, etc.) peuvent comprendre.
Par la suite, le programmeur doit coder pour que vos modules de gestions, vos formulaires et autres éléments gérables soient fonctionnels. Sans cette étape, votre superbe formulaire ne servirait absolument à rien!

2 : Un pour tous et tous pour un : Mon site Web fonctionne bien sur mon navigateur, il doit donc bien fonctionner partout!
Le navigateur interprète le langage HTML pour vous présenter le résultat : une page Web. Toutefois, il existe plusieurs navigateurs (Internet Explorer, Firefox, Google Chrome, etc.) et parfois même plusieurs versions (Internet Explorer 6, 7, 8, 9, 10) et chacun interprète le code à sa façon. Par conséquent, il faut s’assurer que votre site s’affiche uniformément sur le plus de navigateur possible et cela ne se fait malheureusement pas par magie!

3 J’ai eu une idée : Mon site Web est terminé, mais j’aurais 2 ou 3 petites modifications.
Une modification qui parait simple peut parfois être laborieuse alors qu’une modification qui parait laborieuse peut parfois se faire très rapidement. Par exemple, changer la couleur de tous les titres de mon site Web se fait très rapidement grâce aux CSS mais déplacer une image pourrait compromettre la structure même du site Web, ce qui reviendrait à refaire la structure en entier. Pour illustrer la situation, imaginez un mécanicien : si on lui demande de changer un essuie-glace, ce sera vite fait, par contre si on lui demande de déplacer le moteur à l’arrière du véhicule, ce ne sera pas la même histoire!

4 : Le coup de foudre : Quand je le verrai, je le saurai.
Lorsque vous voyez les ébauches pour la première fois, il se peut que vous ayez un coup de foudre, il se peut aussi que certaines ébauches vous plaisent ou que vous vouliez faire d’autres essais. Cela est tout à fait normal. Bien que certains chanceux auront un coup de foudre, à l’opposé, certains autres attendront le prince charmant, en se disant « Quand je le verrai, je saurai que c’est le bon!»  Dans ce dernier cas, le rôle du chargé de projet est de vous aider à cerner vos besoins et vos goûts. Soyez proactif : ne rester pas là à attendre le prince charmant les bras croisés.

5 : L’ornithorynque : Je vais montrer mon design à plusieurs personnes et je vous reviens.
Lorsque vous demandez l’opinion de plusieurs personnes, il arrive que vous vouliez tout combiner, faire plusieurs tests ou que vous vous mettiez à douter de ce dont vous étiez sûr au début. Il est normal de demander l’avis de certaines personnes, mais il ne faut pas oublier que tous les goûts sont dans la nature, il faut donc arriver à faire sa propre opinion.
Appelé «Design by commitee», ce processus où tout le monde met son grain de sel peut vous ralentir et même créer un monstre. L’un veut un bec, l’autre une queue aplatie, l’autre des palmes, bref, à la fin, vous vous retrouvez avec un ornithorynque! Et adieu l’uniformité. Et tous les goûts sont dans la nature.

6 : La cigale et la fourmi : Je veux que mon site soit prêt rapidement mais je vous fournirai le matériel vers la fin du projet.
Bien qu’il soit possible de mettre du texte et des images pour donner un aperçu du résultat en utilisant du texte factice (lorem ipsum) et des images de remplissage, l’aspect d’un site peut changer drastiquement lorsque les bons éléments sont intégrés. Si vous n’avez qu’une seule phrase pour la section Équipe et une seule photo, mais que le design a été conçu avec trois gros paragraphes et plusieurs photos individuelles, le visuel risque d’en souffrir. Il arrive aussi que les délais de mise en ligne ne soient pas respectés car vos textes sont essentiels à la mise en ligne.  Il y a un temps pour la cigale et un temps pour la fourmi!

mercredi 16 octobre 2013

Nouveau logo ProWeb















Le W orange est le point central du logo, le pivot! Celui qui dit tout : nous faisons du Web! À la droite siège fièrement le manchot, icône emblématique de la compagnie : élégant par la couleur de son smoking et travailleur par sa cravate. Son bec pointe le ciel, car l’ascension de notre entreprise est vouée à de haut sommet. Uniquement composé de courbe, le manchot apporte une touche de vitalité et de dynamisme, ce qui caractérise très bien ProWeb.

COULEUR :

Nous avons choisi la couleur gris anthracite car elle symbolise la force et le respect. Elle représente également que nous ne manquerons jamais de «matière grise» afin de répondre à vos besoins. L’orange quant à lui, évoque l’énergie. Nous sommes une équipe jeune et dynamique, prête à tout afin de relever de nouveaux défis.

TYPOGRAPHIE :

Fine et élégante, elle représente le style et le bon goût. Discrète, mais déterminée, elle attire le regard et sait démontrer avec justesse que nous sommes une entreprise d’expérience et que la qualité est une norme sans équivoque pour nous.

mardi 24 septembre 2013

La psychologie des couleurs















Notre monde, notre vie, notre vision sont remplies de couleurs. Nous sommes constamment à la rencontre des couleurs. La création d'associations et d'impressions personnelles et culturelles fondées sur les différentes couleurs que nous voyons est innée. Notez que lorsque vous pensez à un objet, l'une des premières choses qui vous vient à l’esprit est sa couleur. Cela montre à quel point les couleurs sont présentes et bien ancrées dans la perception humaine.

Les couleurs ont une signification émotive. Souvent, le sens d’une couleur varie d’une personne à une autre, mais il y a des réactions courantes associées à chaque couleur. Si vous faites une enquête rapide entre amis ou collègues sur les couleurs qu'ils définissent comme «heureuse», vous obtiendrez des réponses très similaires la plupart du temps.

Nous avons fait cette enquête rapide au bureau et le jaune a été nommé à plusieurs reprises.  (Jaune = soleil = été = sourire = bonheur = joie = heureux)

Dans la conception web, la couleur est tout aussi importante que la structure de base et la navigation de votre site. Les couleurs peuvent être utilisées pour attirer l'attention, créer une ambiance ou inciter vos visiteurs à compléter des actions sur votre site. La couleur de votre logo, votre arrière-plan, les boutons et j’en passe, peuvent être pensées pour améliorer l'expérience de l’utilisateur,  créer un sentiment de familiarité et refléter l'essence de votre marque de manière efficace.

Voici un petit lexique des émotions les plus communes associés à chaque couleur:

  • Brun = chaleur, confort
  • Noir = puissance, sophistication
  • Gris  = sobre, calme
  • Bleu = loyauté, confiance
  • Rouge = excitation,  passion
  • Rose = jeunesse,  tendresse
  • Violet = luxe, sagesse
  • Orange = énergie, vivant
  • Vert  = naturel, stabilité
  • Blanc = pureté,  simplicité
  • Jaune = bonheur,  joie



mercredi 18 septembre 2013

Chronique : Navigateurs



Historique : 

De nos jours, plusieurs navigateurs web sont disponibles gratuitement sur le marché, mais il fut un temps où la compétition était beaucoup moins féroce.  Le navigateur Mosaic, sorti au début des années 90, est le premier navigateur qui se répand largement et qui permet une navigation stable et fonctionnelle sur le Web.  Vers le milieu des années 90, Netscape devient le navigateur le plus populaire et le fameux Internet Exploreur fait son entrée sur le marché.  

À partir de 1995, Netscape et Internet Explorer se  mène une chaude lutte pour avoir la plus grande part de marché, cependant Internet Exploreur étant installé de base sur les ordinateurs Windows, il prit petit à petit la part de marché de Netscape.  

Au début des années 2000, plus de 80% des gens utilisaient Internet Explorer et le navigateur était si populaire et bien ancré que Microsoft décida de stopper le développement comme il n'avait plus rien à craindre des compétiteurs.  Il faut attendre  5 ans pour que Microsoft décide de relancer le développement de son application web, mais pendant ce temps, certains concurrents avaient commencé à se positionner, par exemple Firefox qui était développé par des anciens employés de Netscape.  C'est ainsi que la guerre des navigateurs revint à l'ordre du jour vers le milieu des années 2000.  

En 2008, Google décida de se lancer lui aussi dans le marché en rendant disponible Google Chrome,  un navigateur épuré et plus rapide que ses prédécesseurs.  Ces trois navigateurs sont donc en compétition encore de nos jours et les statistiques recueillies ne s'entendent pas sur les pourcentages d'utilisation.  Elles s'entendent cependant pour dire qu'Internet Explorer est toujours le navigateur le plus utilisé et que, quoiqu'il perde du terrain au profit de Google Chrome, il devrait le rester pendant encore un bon moment. 

Mot de l'éditeur : 


ProWeb vous suggère toujours d'avoir les versions les plus à jour de votre navigateur pour éviter toutes sortes de problèmes de compatibilité.   

Voici une liste des navigateurs les plus à jours en date de la publication de cet article :
  • Internet Explorer 10
  • Google Chrome  Version 27.0.1453.116 m
  • Firefox 22
  • Safari 5

mercredi 28 août 2013

Le défilement infini (infinite scrolling)

Le défilement infini prend sa source avec l’arrivé des appareils mobiles. Ceux-ci ont un petit écran vertical, il faut donc que l’usager défile vers le bas pour accéder aux informations d’une page.

Toutefois c’est Pinterest, un site Web de réseautage social axé sur les photographies et les intérêts des utilisateurs du réseau, qui l’a rendu populaire. Sa capacité à présenter beaucoup d’information sans avoir à charger une page s’appliquait bien au principe de base de Pinterest. Visitez le Pinterest de ProWeb pour un exemple.

Twitter est aussi un excellent exemple d’utilisation du défilement infini. Ce système s’applique en effet à merveille au système de messages courts de celui-ci. Il est pertinent d’aller voir les tweets plus anciens étant donné car ils s’empilent rapidement mais cela ne veut pas dire qu’ils perdent de leur intérêt. De plus, il permet de consulter des tweets sans avoir à précharger la page, ce qui facilite la vie de l’utilisateur. On retrouve aussi sur sa version mobile, un effet de papier déchiré qui vous indique où vous en êtes rendu dans votre lecture.

Son atout majeur est de vous présenter une multitude de résultats sans préchargement.

Il est utilisé pour la recherche d’image de Google : ce qui est pratique pour consulter rapidement une panoplie d’images. Par contre, pour les recherches régulières, cette solution n’a pas été retenue. En effet, lors d’une recherche régulière, l’utilisateur peut se repérer plus facilement à l’aide de la pagination. Il est aussi porté à regarder les quelques liens les plus pertinents qui se retrouvent en première page. Voir la fin de la page vous donne le sentiment que vous ne manquez rien alors que l’infini vous porte à continuer votre recherche indéfiniment (vers les résultats les moins pertinents).

Notons tout de même certaines lacunes assez évidentes :
  • La tentation de cliquer sur toujours plus de lien entraîne une perte de temps;
  • La barre de défilement ne reflète pas la quantité de contenu;
  • Difficile de se repérer et de savoir où on en était précédemment;
  • Difficile de trier le pertinent du non pertinent;
  • Rend le pied de page inaccessible (dans certain cas).
Il existe un compromis entre le défilement infini et la pagination régulière : il s’agit de mettre un bouton « charger plus de résultats ». Ce qui permet à l’utilisateur de poursuivre sa recherche tout en le réconfortant en lui montrant une « fin » tangible.

En conclusion, le défilement infini est une façon de présenter de l’information qui peut s’avérer pertinente et agréable lorsqu’il s’agit de présenter un contenu vaste. Il faut toutefois bien l’utiliser et garder à l’esprit que si la pertinence des résultats est un critère important, ce n’est peut-être pas la méthode de navigation la plus conseillée.

Source :

Infinite Scrolling: Let’s Get To The Bottom Of This
http://uxdesign.smashingmagazine.com/2013/05/03/infinite-scrolling-get-bottom/

2013 Web Design Trends Infographic
http://enfuzed.com/2013-web-design-trends-infographic/

Pinterest
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pinterest

lundi 19 août 2013

Prédiction pour le futur du Web


Le Web sera accessible partout
Il y aura encore plus d’appareils interagissant avec Internet car Internet sera accessible partout; vous pourrez accéder à vos données par le biais de votre ordinateur de maison, de votre tablette ou de votre téléphone intelligent et celles-ci seront toujours les mêmes. Pourquoi? Grâce au «nuage» qui permet l’entreposage de vos données en ligne (sur des serveurs). De plus, les logiciels seront achetés en ligne et non dans un magasin.

Internet ne sera plus associé à l’ordinateur
Cette transformation est déjà commencée grâce aux téléphones intelligents et aux tablettes. Les télévisions commencent aussi petit à petit à intégrer Internet et les gens passeront facilement d’une plateforme à une autre. D’autres appareils offriront des fonctionnalités reliées à Internet. Par exemple, les appareils photo connectés à Internet existent déjà.

La souris cèdera progressivement sa place
Les écrans tactiles sont largement utilisés à l’heure actuelle et la navigation vocale se développe. On peut penser que la détection de mouvement sera utilisée à son plein potentiel. La kinect de Xbox a d’ailleurs commencé à utiliser le corps comme outil de navigation. On peut aussi prédire que la reconnaissance vocale sera améliorée et que les commandes les plus fréquentes pourront être exécutées par une simple commande vocale.

Applications intégrées aux navigateurs
Google développe déjà des applications et des jeux qui fonctionnent à même le navigateur (Google Chrome). Il est fort probable que certains programmes que nous utilisons indépendamment (installé à l’aide d’un CD et exécuté seul) pourraient se retrouver à même le navigateur.

La neutralité du Web
Le principe de neutralité sur le Web implique que le contenu diffusé a la même importance pour tous. Nous pourrions par contre voir apparaitre des compagnies qui feraient payer des frais pour que les Internautes aient accès à votre site plus facilement. Une grande compagnie pourrait ainsi rendre ses sites plus visibles que ceux de base. Il y aurait donc la voie rapide et la voie lente.

La réalité augmentée et le Web ‘intérieur’
Google développe ses fameuses lunettes (Project Glass) combinant la réalité et le virtuel. On peut penser qu’un jour, toutes sortes d’information nous seront accessibles via ces lunettes. Le monde réel se mélangera au monde virtuel pour nous informer et nous divertir. Des projets de réalité virtuelle voient le jour en ce moment même. C’est le cas d’Omni, un système de réalité virtuelle qui vous permet de vous immerger dans un jeu grâce à ses lunettes! Vos pieds contrôlent le déplacement de votre personnage : vous courez donc vraiment pour faire mouvoir votre personnage! On peut donc concevoir l’apparition future d’environnements où les gens utiliseraient un avatar pour se déplacer dans un monde totalement virtuel. Bienvenue dans la Matrice!

La conscience globale
Les idées et l’accès à l’information voyagent plus rapidement que jamais. Les médias sociaux font voyager les idées et on peut émettre l’hypothèse que les gens se considéreront de plus en plus comme des citoyens du monde plutôt que comme des individus habitants tel ou tel pays. Certaines barrières telles que le racisme pourraient tomber suite à une conscience plus globale. Auparavant, il était difficile de garder contact avec un ami habitant à l’étranger mais grâce à Internet, il est facile de garder contact avec ceux-ci, ce qui a pour effet de faire circuler les idées de façon plus globale.
Une autre avancée possible serait le système nerveux planétaire, c’est-à-dire, l’étude en temps réel d’interactions à l’échelle mondiale. On pourrait étudier les réactions d’un événement en temps réel et par la suite peut-être même tenter d’en prévoir l’issu.  Ce serait un peu comme jouer à SimCity mais en version mondiale.

Le marketing Internet du futur
Le marketing sera personnalisé et parfois même en temps réel. Les médias sociaux permettent aux compagnies d’interagir avec leurs clients et d’en connaître beaucoup à leur sujet. Les pubs que vous voyez sur Facebook sont déjà orientées selon vos intérêts et votre situation, imaginez ce que ce sera dans 50 ans!

Bigbrother et les médias sociaux
Les utilisateurs de médias sociaux, et particulièrement de Facebook, inscrivent beaucoup d’informations personnelles consciemment (en remplissant leur profil et en partageant à propos de leur vie quotidienne) et parfois sans le savoir (on peut retracer où une personne se trouvait grâce à une simple photo contenant des données GPS). On peut se questionner à savoir si nos données sont entre bonnes mains. En fait, l’avantage des médias sociaux est aussi son inconvénient : on peut partager rapidement nos opinions, ce qui fait circuler l’information plus rapidement et librement qu’auparavant mais on donne une quantité d’information considérable à quelques personnes. Il est facile de retracer une personne ayant un téléphone cellulaire et de connaitre ses allées et venues. On peut connaitre les sites web qu’elle a visités (sur Google ou Bing), et avec les divers profils (personnel et relationnel sur Facebook, professionnel sur LinkedIn) on pourrait dresser le portrait complet d’une personne. Les citoyens de partout doivent être conscientisés pour éviter que l’histoire du roman 1984 ne se produise pas plutôt en 2084 !

Source:
Omni: Move Naturally in Your Favorite Game
http://www.kickstarter.com/projects/1944625487/omni-move-naturally-in-your-favorite-game


2013, l’année du premier « système nerveux planétaire »?
http://blogues.radio-canada.ca/triplex/2013/01/03/2013-demarrage-du-premier-systeme-nerveux-planetaire/

1984(roman)
http://fr.wikipedia.org/wiki/1984_(roman)

Google dévoile Project Glass, des lunettes à réalité augmentée
http://www.01net.com/editorial/563110/google-devoile-project-glass-des-lunettes-a-realite-augmentee/

What the Web of Tomorrow Will Look Like: 4 Big Trends to Watch
http://mashable.com/2010/01/24/internet-of-tomorrow-column/

jeudi 2 mai 2013

La nouvelle mode ou tendance Web : le Flat design
















En 2009-2010, la tendance «grunge» était à son apogée : photos déchirées, textures salies et typographies extravagantes étaient au rendez-vous.  Fini la petite interface habituelle, proprette et bien alignée! Mais cela n’a pas été long avant qu’Apple nous rappelle à l’ordre et impose à tous son style avant-gardiste : le skeuomorphisme.  On peut résumer ce style par des lignes épurées et des interfaces  intuitives, communément appelée « user friendly ».

Aujourd’hui, quelle est la nouvelle tendance à suivre? Il semblerait que le «flat design» soit la nouvelle «fashionista» des designers Web  et qu’elle serait là pour rester.

Mais tout d’abord, le «flat design», c’est quoi? C’est un style graphique minimaliste et épuré. Plus précisément, il se caractérise par des formes simples, sans textures, ni  effets de volume et les couleurs vives, très présentes, sont utilisées en aplat.

Ce style prend racine dans la tendance « responsive Web design» (ou en français « site adaptable »), qui est une méthode permettant d’adapter un site à la taille d’un écran. Il est de plus en plus habituel de voir ce genre de style utilisé par les concepteurs de site Web. Les contraintes de cette méthode nécessitent une certaine souplesse d’utilisation, c’est-à-dire que les éléments graphiques vectoriels sont mieux adaptés que les images bitmap. Vectoriel et flat font donc un très bon mariage!

Mais est-ce qu’on aime ça ?

Pas sûr. J’ai mené ma petite enquête et les avis sont partagés. Du point de vue d’un graphiste, le « flat design » serait une bonne nouvelle puisqu’un design plus épuré et plus simple demande moins de temps à réaliser. Mais comme toute tendance, celle-ci fera son temps  et une autre idée verra le jour et la remplacera, croit-on.

Du point de vue d’un intégrateur, c’est tout le contraire, voire « Quelle horreur! » s’est-il exclamé. La trop grande simplicité et le manque de réalisme du concept le fait douter que ce style soit là pour durée. Et simplicité ne veut pas dire moins grande complexité dans l’intégration des éléments.
Alors le « flat design » c’est in ou pas ? Qu’en pensez-vous ?

Source :

mardi 29 janvier 2013

Tendance Web : les fontes d’icônes.

Il semble qu’une tendance émerge sur le Web depuis l’utilisation de fontes telles que celles proposées par Google Web Fonts. Il s’agit de l’utilisation de fontes d’icônes.


En effet, il y a quelque temps, les fontes utilisées devaient être disponibles sur le poste de la majorité des utilisateurs d’un site Web. On appelait Web Safe Fonts la liste de fontes pouvant être utilisée. On pouvait contourner le problème en affichant une image plutôt qu’un texte…ce qui était moins pratique pour l’utilisateur (le texte ne pouvant être agrandi ou réduit) et pour le référencement (il fallait se servir de la balise ALT pour compenser cette lacune).

Bien sûr, on avait utilisé les fontes comme Wingdings pour insérer des pictogrammes. Mais le peu de formes disponibles dans ces fontes fit qu’on se lassa assez rapidement de voir les mêmes icônes.

Par la suite, des sites tels que Google Web Font et Font Squirrel proposèrent d’intégrer un lien vers un serveur, lequel se chargerait d’afficher la fonte sans que l’utilisateur ne la possède. Ceci ouvra la porte à un Web plus riche au niveau typographique, et ce sans utilisation d’images.

Ce n’est que récemment que les Web designers ne recommencèrent à utiliser les pictogrammes contenu à même les fontes. Le fait que la communauté Internet est vaste pousse aussi dans cette direction car on voit apparaître des fontes faciles à utiliser contenant beaucoup de symboles.

Les avantages d’utiliser les fontes d’icônes :
  • On peut les redimensionner 
  • Elles sont compatibles avec tous les navigateurs 
  • On peut leur appliquer différentes couleurs 
  • On peut leur appliquer des effets (les mêmes effets applicables à un texte)
Liens intéressants :
http://typicons.com/
http://fortawesome.github.com/Font-Awesome/
http://www.entypo.com/
http://www.zurb.com/playground/foundation-icons
http://tipogram.com/
http://icons.marekventur.de/
http://www.fontsquirrel.com/fonts/modern-pictograms
http://css-tricks.com/flat-icons-icon-fonts/
http://sixrevisions.com/resources/free-icon-fonts/
http://css-tricks.com/examples/IconFont/
http://css-tricks.com/html-for-icon-font-usage/


Source :
http://en.wikipedia.org/wiki/Wingdings

jeudi 17 janvier 2013

vendredi 11 janvier 2013

Est-ce le retour des GIFs animés?

Voici un article intéressant à propos du retour des GIFs animés; ces images autrefois si populaires pouvant être animées. (anglais)

http://contently.com/blog/2012/08/29/what-the-rise-of-animated-gifs-means-for-content/

lundi 7 janvier 2013

jeudi 3 janvier 2013

Tendances visuelles découlant de systèmes d’exploitation : après le web 2.0 provenant d’Apple, l’interface de Windows 8 fait son apparition.

Nous voyons depuis quelques années, beaucoup de dégradés, d’ombres, d’effets de réflexions et de miroirs. Ces éléments graphiques furent à l’origine inspirés de design créés par Apple. Cette fois, c’est Microsoft qui part le bal en introduisant la nouvelle interface Windows, fortement inspiré par le style typographique international aussi appelé style suisse. Ce style prône la simplicité et l’efficacité et utilise la typographie et des formes de base. L’interface fût pensé pour être facile d’utilisation sur une tablette ou un téléphone à écran tactile car on le sait, les gros boutons ayant peu de texte facilite la navigation sur ce genre d’appareils.

Microsoft décline son design par la présence d’icônes simples et épurées de couleur blanche, par l’usage de typographie sans sérif et par la présence de masses de couleur rectangulaires ou carrées. La palette de couleur utilisée y est assez vive.

Appelé au départ «interface Metro » (Metro style), Windows dût abandonner cette appellation suite à la menace de poursuite judiciaire de la part de la chaîne allemande Metro AG. Les noms les plus communément utilisés sont Modern UI, interface Windows ainsi qu’interface Windows 8. Le débat fait toujours rage sur le Web au sujet du nom définitif à donner à cette interface et seul l’avenir nous éclairera à ce sujet.

Sources : 
http://www.theinquirer.net/inquirer/news/2198399/microsoft-renames-metro-to-modern-ui
http://www.neowin.net/news/is-metro-now-called-modern-ui
http://www.tomsguide.fr/actualite/Windows8-WindowsRT-Interface-Windows-Metro,18720.html
http://www.pcinpact.com/dossier/600-l%E2%80%99interface-le-mauvais-carreau-de-windows-8/1.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Windows_8
http://onepartscissors.com/2012/04/web-design-trends-into-2013.html
http://en.wikipedia.org/wiki/Metro_(design_language)
http://www.fastcodesign.com/1669407/microsoft-gets-brutally-honest-about-redesigning-windows
http://fr.wikipedia.org/wiki/Style_typographique_international
http://www.01net.com/editorial/571209/windows-8-microsoft-renomme-l-interface-metro-en-windows-8/